Forum lié au jeu Fractal.
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Lune 49 - Méditations chez le Guru

Aller en bas 
AuteurMessage
Shankar

avatar

Messages : 1417
Date d'inscription : 27/01/2016

MessageSujet: Lune 49 - Méditations chez le Guru   Dim 28 Fév - 14:10

La tente de fortune du couple dirigeant dressée au milieu sépare, ou réunit, question de point de vue, les tentes des hommes et des femmes. Et c'est dans celle-ci qu'un Guru attend le premier passage d'Isran. Les battants ouverts, il guette son arrivée dans les parages et quand celui-ci vint à passer, c'est un sifflement clair et sonore destiné à lui faire tourner la tête qu'il peut entendre.

Si celui-ci capte l'appel qui pourrait ressembler à celui d'un maître pour son chien, il verra alors le Guru balancer son sourire le plus bienveillant, lance à la main, assis sur son coussin, désigner un tas moelleux de tissus encore vacant face à lui. Une invitation à un salon entre hommes, semble t'il. En espérant que le plus si nouveau que ça ait bien sa lance sur lui pour y répondre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Isran Eleris



Messages : 183
Date d'inscription : 15/02/2016

MessageSujet: Re: Lune 49 - Méditations chez le Guru   Dim 28 Fév - 15:05

Isran n'a que peu quitté l'arme qui lui a été remise a son arrivée, elle se trouve pour le moment attachée tant bien que mal dans son dos lorsqu'il entends le sifflement. Ses sourcils se froncent légèrement à la façon dont il a été appelé en se retournant pour apercevoir l'origine du son. A la vue du grand sourire du Guru, il se force a réadopter une attitude amicale, ou neutre tout du moins.

Il approche alors de la tente, se déchaussant a l'entrée avant de sortir sa lance et de s'installer a genou face au Guru, son arme posée sur les cuisses. Il dévisage alors le Guru sans un mot, attendant que celui-ci explicite la raison de son appel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shankar

avatar

Messages : 1417
Date d'inscription : 27/01/2016

MessageSujet: Re: Lune 49 - Méditations chez le Guru   Dim 28 Fév - 15:32

Sur la table, trois gobelets d'eau, une boite ouverte de pan masala et un sachet de bidees quasi neuf.
Frugal mais convivial.

Mets-toi à l'aise, on est entre hommes. Il n'y a personne à satisfaire ou impressionner ici. Ni femme ni Dieu.

Le Guru déballe un de ses imparables sourires. Et pour cause, les portes restant ouvertes à n'importe qui, on ne sait qui pourrait débarquer.

Cela ne m'a pas échappé, lors de la cérémonie au Ganapati, que les dieux ne te concernaient pas plus que cela. Du moment que tu les honores quand je le demande, tu n'as pas à te sentir exclu. Mais que la prière ne t'apporte pas le réconfort qui nous concerne, par contre, m'inquiète. Car vois-tu, depuis la trahison du démon, les coeurs son affectés ici. Et un cœur qui n'est pas soutenu par la prière et le dharma est toujours plus vulnérable que celui d'un croyant emplit d'amour.
Mais ne t'en fais pas, je ne dirais à personne que tu es le plus vulnérable.


A nouveau un de ses sourires.

Dis-moi, depuis quand as tu abandonné les pères de la vallée de l'Indus ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Isran Eleris



Messages : 183
Date d'inscription : 15/02/2016

MessageSujet: Re: Lune 49 - Méditations chez le Guru   Dim 28 Fév - 16:05

Aux premiers mots du Guru, sa posture reste identique, même si son interlocuteur ne la comprends pas, elle garde un sens. Il écoute ainsi, sans changement dans son expression, le discours qui lui est tenu.

Abandonné ? Je doute que le terme soit exact, car si j'ai un jour suivi leurs voies, c'était avec la naïveté de l'enfant que je le faisais. Et cela fait maintenant plus de 25 ans que je les ai oubliés, ou du moins j'ai tenté de le faire.
Je ne me pense pas pour autant plus vulnérable qu'un autre, mais il sera difficile de te le montrer, et il est même possible que je me trompe, après tout je ne suis qu'un homme.

A ce moment, son regard est toujours fixé sur le Guru, sans le moindre mouvement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shankar

avatar

Messages : 1417
Date d'inscription : 27/01/2016

MessageSujet: Re: Lune 49 - Méditations chez le Guru   Dim 28 Fév - 16:22

Le Guru reste avachi, prenant une pincée de pan masala qu'il laisse fondre dans sa bouche.

Oui tu te trompes.

Et je ne dis pas ça en qualité de guide spirituel.

Je le dis en qualité d'homme qui a passé 20 ans a ignorer les Dieux et à accumuler plus de pouvoir et de richesses qu'un occidental de la haute. A m'épanouir dans un travail qui m'offrait plus de combats et de victoires que le Peswha Baji Rao, et peu de temps pour rencontrer les forces mystiques.

L'homme qui vit pour remplir son ventre, trouver un sol moelleux le soir, une compagnie agréable à l’œil et aux mains, se lève avec le vide quand la nuit est passée. Il a faim à nouveau, perd son lit et son éphémère compagne. Il regarde l'animal ou l'homme qui survit avec dédain, mais ne se tient pas beaucoup plus haut.

L'homme qui vit avec son dharma conserve son âme riche, même quand tout le reste l'a abandonné. Il garde une famille qui le comprend, une chaleur dans son cœur et l'espoir de jours meilleurs. Il sait quoi faire même quand la mélancolie ou la langueur le gagne. Même quand le sens déserte ce monde. Car le Kaliyuga fut prédit il y a des millénaires, bien avant l'écriture, et qu'il est reposant en ces temps de changements de découvrir ou redécouvrir sa sagesse prédestinée.

L'hindouisme à cela en commun avec l'Islam, que chacun pratique le sien à sa manière. Je considère que tu as le tiens à ta manière, même si tu ne l'exprime pas ou si tu l'ignore. Mais pour qu'il prenne de la valeur, tu dois autant le pratiquer avec ton cœur que le débattre avec les autres. C'est cet échange des perceptions qui fera de nous des êtres conscients et éclairés, au moins les uns envers les autres.

Je sais aussi que si ce propos ne te touche pas, tu ne comprendras pas la portée de ton voyage parmi nous. Le choix de nos destinations et de nos actions. Autant celles physiques que celles spirituelles qui viendront en écho. Tu ne saisiras pas la quête des Vedas Nouvelles que nous avons entamé pour réapprendre ce monde et ses lois.
Et alors, que tu le veuilles ou pas, tu nous trahiras, je le sais.


Il avait balancé ça d'un ton badin. C'est ce qui est commode quand on est hindou. Cet inexorable et détaché fatalisme...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Isran Eleris



Messages : 183
Date d'inscription : 15/02/2016

MessageSujet: Re: Lune 49 - Méditations chez le Guru   Dim 28 Fév - 17:15

L'homme laisse alors apparaître un sourire, joins les mains en murmurant un mot avant de commencer a manger également.

Si par dharma tu entends une foi, et non pas La Foi, alors nous sommes d'accord sur un point. Un homme fidèle a ses croyances sera plus résistant face a un défi. Mais, je pense que tu seras d'accord avec moi, il est bien plus facile de corrompre ou de changer une âme brisée, que de la reconstruire ou même de la recréer.

Il n'est de même pas aisé de renforcer ses croyances. Il est nécessaire pour cela d'obtenir une compréhension profonde de soi même. Tu dis que chacun pratique son hindouisme a sa manière, mais je ne pense pas que cela s'arrête là. Je dirais que chacun a ses croyances, les chinois dirais leur Dao, le chemin de leur cœur. Et le mien n'inclue pas les dieux, mais je ne pense pas que ce soit cela qui le rendes réellement fragile.

Si dans ce que j'ai dis, tu retrouves ce que tu as voulu me dire, alors je suppose que tu as maintenant une meilleure vision de l'ampleur de tâche que tu a a entreprendre. Si ce n'est pas le cas, alors celle si est encore plus grande. Alors Guru, dis-moi, a quel point penses tu que je suis éloigné de la vérité cette fois ci ?

Son visage s'est éclairci, et son regard, bien que toujours aussi fixe, et également plus lumineux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shankar

avatar

Messages : 1417
Date d'inscription : 27/01/2016

MessageSujet: Re: Lune 49 - Méditations chez le Guru   Dim 28 Fév - 20:16

Le Guru sourit. Comme si le débat était une lutte. Comme si la lutte était un jeu. Comme si tout n'était que lutte, et jeu, qu'il s'agisse d'une guerre, d'un rachat d'entreprise, d'une danse, d'une discussion dans un salon préparé avec plus de soin qu'il n'y parait, toujours sans conséquences même quand celles-ci sont parfois les pires ou les meilleures.

Je n'ai jamais prétendu ou pensé que tu étais idiot, mais je n'ai pas dit que tu te trompais à la légère. Je le maintiens, tout comme je sais être dans l'erreur aux yeux de beaucoup. De toi sans doute, du Sadhu aussi par mes méthodes, de dans le regard de chaque membre de mon peuple en vérité, et de Lord Shiva lui même qui ne me quitte pas des trois yeux sachant son culte ainsi dévoyé et muté par les règles de ce monde nouveau.

Mais à l'inverse de ton erreur, qui est dangereuse pour ton âme et la solidité de mon clan, la mienne est sans doute bien plus dramatique. Et c'est parce que je maintiens en chacun, de mon peuple ou de mes dieux, l'espoir de me changer, l'illusion qu'ils ont cette influence tangible sur le pouvoir incarné, sur moi même, que ce clan et les faveurs divines du destin se réunissent avec ferveur sous la bannière qu'est le Guru Shankar Singh. Personne ici, n'est idiot, personne ici ne se ment. Moi le dernier quand je rappelle que je tiens à mon clan.


Il rit carrément, généreusement, à son propre plaisir. Ceci dit, si il a la réelle conviction d'avoir un tel pouvoir, il est normal qu'il soit à ce point ravagé. Sinon, il aurait sans doute déjà reculé, et serait déjà mort. Une situation que chaque joueur de poker connait.

Akbar, "le grand", quand il conquit et unifia l'Inde, présidait des rendez-vous syncrétiques de religieux et de penseurs, d'Inde, d'occident, de Chine, d'Israel, d'Arabie ou de sa Perse natale. Ces réunions étaient le ciment de son empire, et le socle de sa compréhension de ce qui rassemblait les hommes. Quand j'ai étudié Machiavel à Londres, je ne partageais pas la fascination de mes camarades pour sa pensée, tant celle d'Akbar lui était supérieure de finesse et de compréhension, et dépouillée de l'orgueil et de la prétention d'un prince athée. Car Akbar n'a toujours été que l'instrument, l'envoyé d'un principe supérieur, et universel.

Il se fait plus sérieux, et fixe d'un air scrutateur son invité.

Tu peux te priver des Dieux dans ta foi. Tu peux aussi faire la guerre sans tenue, ce n'est pas un tissus qui t'empêche de tuer. Tu peux écrire sans plume ni papier, du sable et un bâton conviennent aussi bien à l'instant. Tu peux aussi parler un langage connu de toi seul à qui tu veux dans le monde entier, avec la structure la plus fine qui soit. Dans tous les cas, tu ne seras ni glorieux, ni pérenne, ni compris.
Ni accepté.

Car les dieux sont des visages, les dieux parlent. Les dieux parlent à l'idiot qui croit en leur existence la plus concrète et figurative, autant qu'au sage qui a passé des années à en décoder les attributs, fonctions et symboles qui sont autant d'énigmes millénaires.

Je ne t'interdirai pas de les exclure de ton dharma.
Tu pourras parler de la bienveillance, de la sagesse, de la chance, de la clairvoyance, de la générosité et de l’appétit pour le monde, mâtiné du détachement des sages, accompagné par cette capacité à faire face à la peur pour la raisonner, et de 108 autres symboles simultanés et intrinsèquement liés. Y réfléchir seul, dans ta caverne, sur ta montagne, en ton cœur. Seul.
Ou tu pourras prier Ganesh avec nous, et avec nous, partager avec tout le peuple le désir inavouable qui te fait vivre comme nous l'avons fait.

Car c'est cela un dieu. Un principe fait de chair, de vie plus que de mots.
Tu es dans l'erreur. Shankar est dans l'erreur. Parfois les dieux aussi l'ont été.
Et c'est l'erreur qui rend ces choses intéressantes.

Si Shankar n'était pas fou, le peuple n'aurait pu naitre comme il l'est.

C'est cela un dieu. L'idiot pense que Lord Shiva a réellement six bras et deux jambes comme une araignée. Le sage comprend la simultanéité des principes exprimés par l'image avec une méthode graphique, depuis un temps ou le dessin animé ou la bande dessinée, le dessin temporel, n'existait pas.
Mais tous comprennent Shiva, les gestes de ses mains et se réunissent pour en parler.


Il se détend. Toujours passionné, mais sans doute moins exalté.

Le dharma est plus qu'une foi. C'est un mode de vie. Comme un dieu, je suis vivant. Je ne me fais pas que de mots. Quand l'hindouisme et le dharma sont arrivés parmi les hommes, les Vedas telles qu'écrites par Ganesh étaient autant un livre de mode de vie sain, de science, de vie de foyer que de sagesse et de religion, avec ses passages poétiques, illustrés, pour y apprendre la simple beauté sur le papier. Comme une Veda, le dharma est plus qu'une conduite religieuse. Comme l'hindouisme, chacun porte le sien, et influence son karma par sa conduite et sa naissance.

Regardes-tu le cinéma ?
Le cinéma de chez nous, j'entends. Pas les choses d'amérique...


Quel saut du coq à l'âne. Les détecteurs à entourloupe doivent s'affoler.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Isran Eleris



Messages : 183
Date d'inscription : 15/02/2016

MessageSujet: Re: Lune 49 - Méditations chez le Guru   Dim 28 Fév - 21:57

Isran éclate d'un rire franc devant cet illuminé aux propos étranges.

Est-ce là ce que tu devrais prêcher à l'impur que je suis Guru ? Vos principes ressemblent de très près a ceux des chinois, je le savais déjà, mais à ce point !
La méditation, la recherche de la connaissance, des règles qui régissent ce monde, le karma, le cycle de réincarnation nommément Samsara, voilà de nombreuses croyances qui me sont familière, celles du bouddhisme !

Il s'arrête soudainement et fronce les sourcils, semblant seulement réellement comprendre la dernière phrase du Sri. Le cinéma ? Spécifiquement Indien de surcroît, mais où est le rapport ?

Je dois avouer que pour divers raisons, j'ai essayé de me tenir aussi loin de l'Inde que possible, et cela vaux également pour sa culture. Qu'a-t-il de si différent du cinéma Américain, qui permet d'arrêter de penser pendant un temps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shankar

avatar

Messages : 1417
Date d'inscription : 27/01/2016

MessageSujet: Re: Lune 49 - Méditations chez le Guru   Dim 28 Fév - 22:59

Il sourit, presque piqué de nostalgie.

Ce cinéma est assez représentatif. C'est un perception très particulière des choses, du monde, des gens, du cosmos... Aux US, les acteurs s'immergent... Actor studio... Il ressentent et vivent les choses. En Inde, c'est impur. Impudique. Les acteurs expriment des émotions, selon un catalogue précis de 38 postures d'yeux, 45 expressions de bouche... Ce sont des expressionnistes professionnels. Les larmes sont de la glycérine en gouttes à mettre dans les yeux. Jamais ils ne pleureront vraiment.

Mais le spectateur lui, vit. C'est ça qui importe. Vivre, sentir dans sa chair les choses qui se passent.
Car ce que tu vois à l'oeil, avec ton intellect, est improbable. Les chants, les danses, les couleurs, ça ne se fait pas dans la vie. L'amour et la passion ne sont pas répandues au pays, ou les mariages sont arrangés et les couples harmonieux et stables. Ton esprit n'y croit pas.
Mais ton corps vit le film.
Les personnages sont simples. Les acteurs peu nombreux, et gardent leurs archétypes de film en film. Le héros, le méchant, le costaud, la belle naïve, la vipère, la mère, le patriarche...

Mais ton corps comprend instinctivement ces choses. Le film est long, et tôt ou tard, le cynisme, l'esprit critique, le détachement, le sourire en coin finit par tomber. Tout ou tard, durant les trois heures, l'histoire te touche, aussi absurde et grossière qu'elle soit.


Il sourit de plus belle, de façon bienveillante. On en arrive certainement au point.

Comme nos dieux.

Ces films parlent a l'ataman en nous.
Un penseur occidental religieux disait qu'on arrive tous au monde avec une graine de rêves. Ces rêves se retrouvent quasiment toujours soufflés.
De rares personnes sont heureuses une fois adultes, vois-tu. Celles-ci sont celles qui n'ont pas trahi cette graine de rêves d'enfants. Ces gens sont ceux qui se regardent dans une glace en se disant "si mon moi enfant me regardait la, il serait encore plus fier de lui que de ses parents".
Tu vois cette partie de l'âme ? Cette partie qui vit chez si peu d'entre nous après vingt ans ?

C'est à elle que les dieux parlent. Que les passions s'adressent. Elle que je cherche en chacun.

Car je l'ai perdue, longtemps. L'occident nous la détruit tous. Et je l'ai retrouvée, il y a peu. Quand j'ai vu le pied de Shiva écraser Mumbaï. Le souffle atomique de sa hache trancheuse d'attaches me plaquer au mur, arracher mes vêtements d'adulte, mon costarcravatte, mes prétentions, ma voiture, mon travail et la couche épaisse de crasse adulte accumulée.
Les sceptiques y verront un choc traumatique. Conclusion stérile. Ce fut une nouvelle chance.

Et toi, toi qui a vécu aussi en occident. A quel âge as tu perdu cette graine d'enfant ? Ces rêves et cet espoir qui ne se tarit qu'en vieillissant ? Le Jour de ton arrivée en dehors de l'Inde ou si peu après ?
Depuis quand es-tu l'un d'entre eux ? Cherchant des films pour poser le cerveau et ne pas trop sentir ? Depuis quand souris-tu avec une gentille ironie quand tu vois des gens danser, prier, des gens adultes aux yeux d'enfants ?


Son regard est grave. Presque compatissant. Le regard de tous les indiens de la diaspora, ou qui ont simplement grandit ailleurs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Isran Eleris



Messages : 183
Date d'inscription : 15/02/2016

MessageSujet: Re: Lune 49 - Méditations chez le Guru   Dim 28 Fév - 23:41

Son regard lumineux l'a quitté, son sourire est parti, son visage s'est assombri, son regard est dur, son front plissé, ses sourcils froncés.

Fais attention Guru ! Tu parles comme si tu connaissais mon passé alors que je ne t'en ai dis que trois mots ! De plus, si j'ai parlé de l'Inde, je n'ai parlé que de survie, a quel rêve t'attends tu de ma part... Pour que l'occident me le retire, il aurait fallu que l'Inde le laisse naître. Si ils m'ont brisés, c'est que mon âme ne connaissait qu'une chose, le désir d'un peu de nourriture pour calmer mon estomac jusqu'au lendemain.

Qu'elles étaient belles vos castes, je n'en ai connu que la misère ! Alors dis-moi Guru, a quel moment mes rêves d'enfant auraient pu se créer ?
Plus fière de moi-même que de mes parents, ce n'est pas difficile, il aurait encore fallu que je les connaisse.

Je ne dis pas que l'occident est bon, loin de là, mais il n'y a pas besoin de s'y rendre pour connaître le mal dans le monde, pour que les rêves des enfants meurent. Ma vie, je l'ai passé en orient, je n'ai pas connu l'Amérique. Alors dis-moi moi, toi qui prétends au titre de Sri, qu'aurais-je du voir en Inde que j'ai manqué ?

En Inde, mes rêves d'enfants étaient de mort et de destruction, en Amérique je les ai effectivement perdu, mais pas de la façon dont tu sembles le croire, et leur perte est-elle vraiment un mal ? En me rencontrant, aurais-tu préféré rencontrer un tueur froid et calculateur ? Tiens-tu as sacrifié ton groupe pour que je retrouve ces rêves d'enfant ? Je ne penses pas Shankar, ou alors tu es bien moins protecteur que tu ne le dis.

Ou alors c'est parce que j'ai mené une mauvaise vie auparavant, ou est-ce ma caste dans cet autre vie ? C'est pour cela que je suis né orphelin et dans la mendicité, voué au vol ? Que ma vie ne m'as permis de survivre que dans la criminalité une fois arrivé en Chine ? Dis moi Singh, si tel est Samsara, si tels sont les castes, comment atteindre la moksha dans ce cercle vicieux !

Bien que ses paroles semblent violente et ses termes insultants, Isran a du garde une parfaite maîtrises de ses actes, puisque ses mains sont restées a plat sur ses genoux, sans le moindre mouvement, et même la lance, qui n'a pourtant rien pour la retenir, n'a pas glissé.


Dernière édition par Isran Eleris le Lun 29 Fév - 22:47, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shankar

avatar

Messages : 1417
Date d'inscription : 27/01/2016

MessageSujet: Re: Lune 49 - Méditations chez le Guru   Lun 29 Fév - 0:04

Le Guru ne quitte pas son air paisible et confortable. A croire qu'un échauffement n'est pas pour lui déplaire.

Je ne connais pas ton passé, Isran. Je connais le passé de l'homme. Celui de sexe masculin. Celui qui jadis était un garçon. J'ignore juste à quel âge il commence chez chacun.
Je sais aussi l'ombre qu'apporte le monde au regard de celui né dans cette vallée sacrée qui vient à la quitter, pour l'occident ou l'ailleurs. Connaître ton passé à toi, c'est le but de ma question.

Et pour répondre à la tienne, sache que les castes sont la justice injuste du monde. En Inde comme ailleurs, elles ont toujours existé et existeront toujours, même si elles remuent imperceptiblement selon l'âge du monde. La différence est que l'occident se ment à leur propos, bercé par son illusion d'égalité des chances, son libéralisme, et sa fraternité hypocrite qui ne fonctionne qu'en aspect et conventions. Mais l'humain est endogame. Partout dans le monde, en tout temps, les gens ne s'épousent qu'entre eux, et de leur statut dépend le destin de leurs enfants. Parfois, l'exception se produit. En Inde ou ailleurs, au sein des castes ou des cultures d'ailleurs. Souvent, cela est mal vu des familles et de l'entourage. Rarement, cela a une issue heureuse, car les déséquilibres d'âges, de culture, de revenus ou d'aspiration dans la vie, de projets pour les enfants fissurent ces destins liés par la puissante mais volubile passion.

Reste que l'Inde ne le nie pas.

Et sous couvert d'accepter cette injustice, nous nous en servons pour y puiser une philosophie.

A chaque fois qu'une injustice t'arrive, que tu manques quelque chose que tu pensais acquis, juste, destiné... A chaque succès raté, au moment de baisser les bras, sache que les dieux t'on fermé cette porte pour que celle, encore mieux qui t'es destinée et que tu n'as pas songé a imaginer, te reste ouverte.
Nous avons tous une place que nous n'arrivons pas à imaginer en ce monde. Une place bien meilleure que la meilleure que nous pouvons vouloir.
Et c'est avec cette conviction que jamais la vie et ses surprises ne sauront l'emporter sur toi.
Cette conviction et ce combat éternel pour l'excellence qui t'aideront en ce monde, et uniquement ceux-ci.
Le Kaliyuga est un âge difficile pour les saints. Mais une seule vie vertueuse, peu importe ta naissance, ta caste et ta Varna, une seule suffit à atteindre la Moksha.
Comment toi tu peux l'atteindre ? Je n'ai pas ta propre clef, Isran. Mais je sais que c'est par l'échange avec les autres qui poursuivent ce but que ta voie s'éclairera d'elle même.

La mienne semble être la compréhension de la mort.
La mort est une extase suprême. Un cadeau direct du Shiva Nataraja, le Destructeur, la Mort de la Mort, celui que l'on appelle plus simplement Eternité. Un plaisir si pur que l'expérimenter trop tôt sans m'être préparé en dégustant tous les plaisirs de la vie avant de mourir serait un gâchis que je ne saurais apprécier. Alors je serais renvoyé, jusqu'à avoir appris complètement.


L'Inde est un pays difficile, aussi juste qu'injuste, mais qui est la clef de la compréhension pour saisir le Monde. Car le monde a deux pôles, depuis la fin de l'âge d'or. Deux pôles séparés que rien, à part une vie pure, à l'aube de la mort, ne peut rassembler: l'Harmonie et la Vérité. La vie du saint consiste à rassembler les deux pour revenir au jour ou l'Om s'est répandu pour créer le monde et s'éteindre lui même dans cette origine, ce yoni retrouvé.


Avec aplomb, le guru enfourne de nouveaux pan malasa. Pas un geste non plus vers sa lance. La virilité ostentatoire et armée sait quand elle est réellement menacée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Isran Eleris



Messages : 183
Date d'inscription : 15/02/2016

MessageSujet: Re: Lune 49 - Méditations chez le Guru   Lun 29 Fév - 23:09

Devant l'absence de réaction du Guru, le visage d'Isran se fait moins dur, sans pour autant réellement s’attendrir.

Quoique tu dises ne pourras me faire changer d'avis sur les castes. Je ne me leurres pas non plus, elles sont présentes, mais je doutes de l'utilité de les expliciter, je crains que cela fasse plus de mal que de bien.

Je ne te demandes pas d'apporter une raison a mon existence, car si tu pouvais ainsi l'apporter, alors c'est qu'elle n'en as aucun pour pouvoir être résumer par de simples mots, venus d'un étranger de plus. Et je n'ai rien contre la discussion, ni le débat, mais je n'apprécie pas que l'on se permette de supposer la vie de quelqu'un, sans le signaler du moins.

Tu dis connaître le passé de l'homme, et je ne doute pas que tu crois ce que tu dis, peut être même dirais tu que tu le sais. Si j'ai une prétention, c'est celle d'affirmer qu'il ne peux pas être aussi simple, que l'on ne peux relater comme une seule et même histoire, celle de plusieurs milliards d'individus, de nationalité, de milieux, de confessions différentes. Je dirais que si ils ont une histoire commune, c'est en la naissance, et même là, des différences s'imposent.

Mais je doute que cela est une quelconque importance en ce monde, n'est-ce pas ?

Et enfin Guru, tu as dis que tu ne me pensais pas idiot, alors ne fait pas comme si je n'allais pas le remarquer. Tu semblais répondre, mais éludais en même temps la question la plus importante. Si les dieux parlent a la partie de l'âme qui renferment les rêves de l'enfant, a quoi s'adressent-ils dans l'homme qui n'as jamais pu les formuler ?

Même s'il n'exprime plus réellement sa colère, ses yeux sont froids, et le ton de sa voix laisse supposer que celui ci ne changera pas de si tôt, même si avec ce volume, il risque d'être entendu par n'importe quel individu qui viendrait a passer non loin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shankar

avatar

Messages : 1417
Date d'inscription : 27/01/2016

MessageSujet: Re: Lune 49 - Méditations chez le Guru   Lun 29 Fév - 23:32

Le Guru replonge dans la suffisance, son visage souriant comme jamais. Sans moquerie, mais d'une insolente satisfaction.

Je n'ai pas trouvé d'explication plus rationnelle à mon succès, Isran. Je parle du monde d'avant. Le jour ou j'ai compris la mécanique de l'homme dans Shankar, aucun homme ne m'a résisté en affaires. Cela signifie que nos moteurs sont les mêmes, en Inde ou ailleurs... Ce n'est que lors du Crash que j'ai redécouvert l'âme singulière de cette mécanique. Cette illusion pourtant véridique que tu dois prendre pour l'homme, mais qui n'en n'est qu'une composante. Sans doute la plus importante, certes, mais cela tu le comprends lorsque tu as compris l'homme comme une simple machine.

Mais venons en a ta question. Ils lui parlent dans le vide. C'est aussi simple. Tu n'entends pas leur appel. Comme la majorité des hommes de la terre. Pour beaucoup, la pensée simple ou la science ont chassé les dieux, comme les monstres sous le lit sont chassés par la comptine ou la lumière électrique.

Nous pouvons vivre sans. Comme, je te l'ai dit, nous pouvons écrire sans plume ni papier. Mais pourquoi se priver d'une richesse qui est à portée de main ?

Je vais te faire une offre Isran. Pour un soir, je vais te faire devenir un Dieu. Tu le sentiras dans ta chair, ton âme et ton esprit à la fois. Je n'aurais que peu de conditions en retour : celle de suivre ma voix, qui narrera le conte. Shiva s'y pliera, comme tout héros.
Tu me diras un signal, un à toi, et si tu le fais durant le rituel, nous arrêterons sans discuter. Sinon, tu devras remettre ta confiance, ton ego, fierté comme souvenirs, entre mes mains, pour n'être que Shiva, dansant à ma voix. Alors, tu pourras sentir en toi, et comprendre lequel de ses innombrables épithètes te correspond. Et je n'aurais aucun besoin de te convaincre ni de te persuader. Ce qui m'arrange, en vérité.

Tu es libre de refuser, jusqu'au dernier jour. Et moi libre d'en conclure à ma guise.


Son visage redevenu sobre s'étire alors en un sourire incroyablement sûr de lui, chaleureux et confiant qui, et n'importe qui peut le saisir en cet instant, compose une grande partie de son charme irrésistible qu'il a du froidement user en affaires comme en plaisirs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Isran Eleris



Messages : 183
Date d'inscription : 15/02/2016

MessageSujet: Re: Lune 49 - Méditations chez le Guru   Mar 1 Mar - 21:37

La dureté de son visage disparaît d'un seul coup, et derrière ses yeux brillent une lueur.

Alors voilà où tu voulais en venir, je me demanderai quand nous y arriverions. Je l'ai déjà exprimé, mais tu sais manier les mots. Et nous voici là ou tu nous as conduits. Je dirais juste un mot avant d'accepter, tu prêchais la discussion, et tu vas finir par être le seul a parler. La seule différence, c'est que, si tu fait les choses correctement, tu parleras réellement a moi si je ne m'abuse. Mais soit, j'accepte ton offre, même si je doute d'y trouver ce que tu espères m'apporter.

Et saches que si j'accepte, ce n'est pas par confiance, mais parce que la confiance n'est pas mis en jeu, et que je n'ai pas grand chose a perdre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shankar

avatar

Messages : 1417
Date d'inscription : 27/01/2016

MessageSujet: Re: Lune 49 - Méditations chez le Guru   Mer 2 Mar - 22:52

Qui sait ce que je te souhaite ? Je ne suis moi même pas sûr de pouvoir y répondre. Ce que je sais, c'est que je suis pourvoyeur d'expériences, et que je sais induire la transe et la guider.

Il sourit.

Oh, ce n'est pas une chose simple, ni mécanique, quoi que. Mais c'est une chose singulière, et ta singularité, je le sais, sera dure à atteindre c'est pourquoi je ne le ferai pas à ton insu et je demanderai ton entière collaboration. Pour le résultat, j'espère que nous serons au moins deux à être surpris...

Le guru referme le pot de pan masala et le tend à Isran, moyen comme un autre de clore le sujet.

Je suis content d'avoir pu entendre ton point de vue, à défaut de pouvoir l'écouter autant que j'aimerai. Il est des mystères qui resteront impénétrables à certains, comme le fait d'être mère pour nous, le fait de ne plus croire pour moi...

Même si j'ai longtemps renoncer aux Dieux, l'apocalypse m'a rappelé leur évidence. Peut être t'en faudra t'il une aussi, qui te brûle vêtements et oripeaux de tissus ou de certitudes à même le corps. Et les apocalypses ne se résument pas toutes à un désastre. Pour celle-ci, tu ne seras pas seul, Shiva.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Isran Eleris



Messages : 183
Date d'inscription : 15/02/2016

MessageSujet: Re: Lune 49 - Méditations chez le Guru   Jeu 3 Mar - 0:01

Isran saisit le pot, l'ouvre et se sert, avant de sembler confus au dernière paroles du Guru.

Dans certaines langues, apocalypse est le mot qui réunit la catastrophes au révélations, comme si le second ne pouvait venir sans le premier. Et ce qui t'est arrivé justifie amplement cet usage. Quand a moi, peut être que cela viendra, peut être pas, qui sait.

Je ne suis pas fou Guru, en ce monde, la solitude et la mort sont les deux faces d'une même pièce. Je pense que l'on m'a assez répété ce qu'était la signification d'un groupe depuis mon arrivée ici, ne t'inquiètes pas pour cela.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shankar

avatar

Messages : 1417
Date d'inscription : 27/01/2016

MessageSujet: Re: Lune 49 - Méditations chez le Guru   Jeu 3 Mar - 11:57

Le Guru sourit. Pourtant, sa laconique réplique ne manque pas de tranchant ni de précision.

Ah ? Qui est ce "on", que je le remercie ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Isran Eleris



Messages : 183
Date d'inscription : 15/02/2016

MessageSujet: Re: Lune 49 - Méditations chez le Guru   Jeu 3 Mar - 19:12

Isran réponds a ce sourire par le sien, mais son regard est tranquille.

Certaines choses n'ont pas besoin d'être dites pour être entendus. Et le "ici" désignait ce monde, et non mon arrivée parmi vous.

Mais si tu veux des noms, des personnes concernées tu es la première, suivi par ta promise, le sadhu, la fille aux serpents, Lalita, et même l'occidentale arrivée récemment. Je n'ai pas forcément beaucoup interagit avec chacun d'entre vous, mais je peux voir la plupart des interactions a l'intérieur d'un groupe comme si elles étaient tangibles.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shankar

avatar

Messages : 1417
Date d'inscription : 27/01/2016

MessageSujet: Re: Lune 49 - Méditations chez le Guru   Jeu 3 Mar - 23:24

Le Guru oscille la tête, comme au pays, signe de satisfaction.

La mécanique de mes rites n'a pas du t'échapper alors. Car je ne pense pas que la spiritualité de ceux-ci t'atteignes. En revanche, tu y trouveras toujours, d'un œil clinique, une exécution que je veux parfaite du management que je faisais auparavant. Et franchement, je préfère faire du management spirituel avec vous dans la crasse et les ossements que dans un bureau à gérer des chiffres et des types en costume, haha !
En effet, le groupe compte, et je m'en félicite. Le groupe est aussi vital que mortel, et le hasard n'a que peu de place ici, même si la religion domine. D'aucun y verront de la socio appliquée, d'autres un miracle. Une seule chose se vérifie. Avec un esprit, un seul, un groupe de 10 fait mieux que 10 individus. Et plus les membres de ce groupe sont divers et singuliers, plus riche sera celui ci. C'est pourquoi tu n'as rien à craindre à ne pas croire.

Mais ne t'avise jamais de briser l'élan d'un rituel, ou tu seras châtié. Soyons francs, Shankar tient au sacré de sa place devant les fidèles mais pas seulement, il tient surtout à l'esprit de groupe. Ces rites sont nos moments d'exultation, bien rares par ces jours.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Isran Eleris



Messages : 183
Date d'inscription : 15/02/2016

MessageSujet: Re: Lune 49 - Méditations chez le Guru   Ven 4 Mar - 23:06

Il hoche légèrement la tête, exprimant ainsi son accord.

Je respecte vos croyances, et n'oserait vous déranger, et si tu exiges que je participe, alors je le ferai, au niveau pratique cela assurera également une meilleure cohésion du groupe je suppose. Savoir et connaissances ne sont pas forcément mauvaises, utiliser tes talents de management ne veux pas dire que tu fais le mal. Tu différencies la technique de l'utilisation, cela témoigne d'une certaine ouverture d'esprit, plutôt rare pour quelqu'un qui dirige un culte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Lune 49 - Méditations chez le Guru   

Revenir en haut Aller en bas
 
Lune 49 - Méditations chez le Guru
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Petit passage chez Séphora : Craquage MUFE & UD
» Stage chez les éditions De Anima à aix
» Vos 15 meilleurs fards "neutres" chez MAC ?
» chez grono
» selle verte chez bébé allaité?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
om shanti om :: Partie RP :: RP entre nous. :: Om (nos débuts)-
Sauter vers: