Forum lié au jeu Fractal.
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Autopassion.net le site ddi  l'automobile cr par ses utilisateurs
Partagez | 
 

 L143: "Demain"

Aller en bas 
AuteurMessage
Amiya Amilhthini

avatar

Messages : 1989
Date d'inscription : 27/01/2016

MessageSujet: L143: "Demain"   Mer 22 Fév - 22:02

La cabane est un peu plus vide et silencieuse, les invités sont partis depuis quelques heures. Le nouveau né dort et la nuit est tombée. Quelques heures avant, il a été décidé qu'ils resteraient quelques jours, le temps que la mère comme sa progéniture puissent prendre le large, aussi douces les eaux du fleuve soient-elles. Mais si Kristal a eu raison sur un point, c'est qu'Amiya est incapable de tenir en place.

Surtout qu'elle a des comptes à régler.

Ce n'est pas Ganesh, leurs visiteurs, son premier meurtre ou son utérus qui crie enfin liberté qui vont lui faire oublier la tentative de suicide de sa fille ainée. Alors ce soir, elle confie bébé à papa et part chercher l'ado au milieu de la nuit, pour entrer sans frapper et lui secouer l'épaule.


"Viens. J'ai quelqu'un à te présenter. Couvre toi, on prend la pirogue. Elle nous attend sur terre..."

Elle s'écarte et l'ado pourra constaté qu'elle est effectivement équipée pour une expédition nocturne, sans arme mais avec une radio empruntée à Isran. Si son époux la laisse sortir, il n'a visiblement pas changé d'avis sur la communication.

"Ho. Aucune arme. ça l'énerve et c'est dangereux."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kristal

avatar

Messages : 399
Date d'inscription : 27/12/2016

MessageSujet: Re: L143: "Demain"   Mer 22 Fév - 22:06

Oh. Elle prend quand même son arme, et l'affiche clairement devant Amiya.

Pour toi.

Des coups de latte suffirait à la lui faire lâcher, à cette grande conne. Sinon elle est égale à elle même, voire banale.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amiya Amilhthini

avatar

Messages : 1989
Date d'inscription : 27/01/2016

MessageSujet: Re: L143: "Demain"   Mer 22 Fév - 22:13

Amiya prend l'arme comme elle prendrait un chiffon et la pose au sol.

"Pas d'arme. Je vais te montrer pourquoi. Viens."

Elle part devant, direction les pirogues. Sans bébé dans le ventre, sa démarche à complètement changé. Elle semble ancrée au sol mais légère, le pas déterminé et gracieux. Comme si elle n'était qu'une extension de la terre elle-même, une fleur qui danse sous le vent. La dernière danseuse indienne, sans doute.

Elle ne se retourne pas en chemin et s'installe dans la pirogue, en prend les rames. Par chance le temps est clément, bien que froid, et elle a assez fait l'aller-retour pour ne pas se perdre de nuit. Il n'y a plus qu'à s'installer pour le voyage vers le cosmos.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kristal

avatar

Messages : 399
Date d'inscription : 27/12/2016

MessageSujet: Re: L143: "Demain"   Mer 22 Fév - 22:27

Kristal prend l'arme une fois. Puis la repose. Elle s'incline bizarrement, devant la chambre. Elle s'incline un peu plus, devant la cabane. C'est très humble mais très étrange, venant d'elle.

Elle vient dans la pirogue. Par instinct, elle essaye de les piquer à la mère. Mais c'est la mère qui navigue. Son cul calé, elle soupire. ...ça va faire très mal, et elle n'est pas certaine de passer par dessus. Mais sa Maman lui pardonnera tout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amiya Amilhthini

avatar

Messages : 1989
Date d'inscription : 27/01/2016

MessageSujet: Re: L143: "Demain"   Mer 22 Fév - 23:02

Un claquement de langue pour dire non, cette nuit, c'est ses rames. D'ailleurs, à peine est-elle assise que la pirogue avance vers la terre. Quelques mètres, assez pour décourager Kristal si elle voulait fuir et rentrer à la nage dans l'eau glacée, Amiya commence son récit.

"J'avais dix-huit ans et j'étudiais la médecine ayurvédique, une médecine douce d'Inde, quand mes parents m'ont marié. Il s'appelait Ranjan, un homme riche, correct, doux et bienveillant. Il m'a emmené chez lui, dans une ville de pèlerinage du nord de l'Inde, Kedarnath. Il y dirigeait des hôtels pour les pèlerins et les touristes."

"Nous avons eu une fille, Abhilasha. Et dès ce jour, elle est devenue tout ce que j'avais, ce que j'étais, ce que je suis encore parfois. C'est là que nous avons découvert à quel point je suis fragile...dans ma tête. Je ne supporte pas les situations de stress. ça commence par des troubles du sommeil, du somnambulisme, des crises de nerfs et de colère."

Haussement d'épaule, comme si ce n'était pas grave.

"Ma belle-famille a voulu me soigner par les méthodes traditionnelles et j'ai vu des saints, des guru, des sorciers shivaistes. Rien n'y faisait. Alors Ranjan a décidé de m'enfermer dans notre villa. Au début, il y avait ma fille avec moi, alors ça allait. Puis elle a été à l'école. Mon mari travaillait beaucoup. J'étais seule, je n'aimais pas ça. Passer mes journées à tourner en rond...me rendait folle."

"Alors j'ai commencé à m'échapper, faire des petits tours. Un jour, je suis tombée sur...ce que vous appelez un bordel. Rempli de courtisanes, plus belles les unes que les autres. Je pouvais rester là-bas  des après-midi entier, aucun de mes voisins ne pouvait m'y voir. Et si c'était le cas...ils auraient eu trop peur que je les dénonce à leur femme."

"Et j'ai appris à danser comme elles."


L'histoire pourrait s'arrêter là. Elle aurait raconté comment la danse l'avait sauvé et annoncé qu'elle lui ferait son premier cours ce soir. Vraiment, on y croirait. Mais non. Elle reprend:

"Je les observais quand elles priaient, me demandant comment elles tenaient le coup. Toutes, même l'eunuque, priaient Kali la primordiale, celle que les hommes ont peur de prier car elle est folie. Car pour l'atteindre, il faut franchir les interdits qui font peur au commun des mortels, la voie de Kaula. Drogue. Prostitution. Recherche de la mort, mutilation. Vaincre ses peurs pour être béni."

"Kali est le visage sombre et terrifiant de la Shakti. Elle est la destruction pure et irréfléchie, le changement, la mort, la délivrance, la création et le temps. On la vénère par crainte ou parce que nos vies sont trop dures pour le commun des gens, qui peuvent se tourner vers les dieux gentils et positifs. Et moi, à ce moment, j'avais peur d'elle et je préférais Parvati. Alors je l'ai oublié, comme nous oublions tous ce qui nous arrange."

Une pause, un sourire mélancolique.

"Et Ranjan est mort, écrasé sous notre villa quand elle s'est effondrée sur lui. Veuve, je n'avais pas le droit de garder ma fille et mes beaux-parents l'ont emmené. De toute façon, ils avaient mieux à lui offrir que ce que j'avais, seule, démunie dans un pays aussi vaste, beau et dangereux que l'Inde."

"Je passerais sous silence tout ce qui a pu se passer entre ce moment et celui où Shankar a enfin, enfin ouvert les yeux sur moi. Ce moment où il ne m'a pas reconnue, mais où il m'a considéré. A cet instant...je ne dormais plus, j'étais dévorée par tant de choses...il m'a rendu le sommeil, m'a simplement veillé une nuit. Et je l'ai épousé."

...

"Mais tu n'imagines pas l'affront qu'un second mariage représente pour ma famille. L'affront que j'ai fait aux dieux en ne les priant plus, celui que j'ai fait à mon premier mari, à ma fille, aux traditions et à tout ce que j'étais censée être si j'avais suivi la bonne voie. La culpabilité est le pire des facteurs de stress, le sais-tu?"

"ça m'a rongé de plus en plus. Je me suis rendue malade, au point d'en blesser un ami, au point d'empoisonner ma propre soeur Lalita. Chaque jour était plus sombre et il fallait que je m'en sorte. Alors, je me suis souvenue. Et j'ai appelé Kali. Et elle m'a sauvé, comme elle va te sauver ce soir."

Sûre d'elle, c'est probablement un bon signe...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kristal

avatar

Messages : 399
Date d'inscription : 27/12/2016

MessageSujet: Re: L143: "Demain"   Mer 22 Fév - 23:16

Elle suit, mais a du mal à suivre. Elle en oublie même odieusement le sujet de sa fille. Ou presque.

D'une mince voix:

Tu voudrais que je te déroules. Ma vie. Mon âme. Non. J'ai tué mon frère. Mon petit...mon tout petit.

Et j'ai buté mon petit frère. Avec un oreiller. Qui. Même toi, a envie de vivre ça ? Tu n'es pas coup...


La voix ne peut pas poursuivre. Elle fond en larme.

Toi c'est des histoires bizarres, moi j'ai fait...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amiya Amilhthini

avatar

Messages : 1989
Date d'inscription : 27/01/2016

MessageSujet: Re: L143: "Demain"   Mer 22 Fév - 23:45

Elle s'arrête de ramer un bref instant. Vraiment bref. Et reprend:

"Ce n'est pas une histoire bizarre. C'est une partie de la mienne. Je ne vais pas te la faire vivre, certainement pas. Ni te demander de raconter la tienne si tu n'en as pas envie."


Elle a l'air si neutre...si insensible à cet instant que ça pourrait devenir vexant.


"Ce n'est pas à moi que tu dois raconter ça, c'est à la Primordiale. C'est elle qui va couper tes liens avec hier et te montrer demain. Moi, je ne suis qu'humaine. Et je n'ai aucun droit de te juger pendant les rites. Je ne suis là que pour te guider ce soir. Comprends, Kristal, que c'est toi qui va devoir travailler sur toi même et que je ne suis qu'un guide. Ce que je pense de tout ça, ce n'est pas la question de ces prochaines heures. Ce qui nous intéresse en cet instant, c'est ce que toi tu en penses et si tu vas laisser les Dieux te juger et t'aider."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kristal

avatar

Messages : 399
Date d'inscription : 27/12/2016

MessageSujet: Re: L143: "Demain"   Jeu 23 Fév - 4:15

Et alors les larmes tombent, pour le Fleuve.

Je suis qui ? Quoi ?

Elle demande encore, et se répond elle même:

Je suis quoi ? Je suis la très servante, enchainée. Je suis la dévouée, et qu'Il me blesse de mille douleurs. Je suis quoi... Je ne suis rien, et mon corps pourra produire tellement pour les miens.

Une faiblesse:

Je serai la fille du Fleuve. Et jamais je ne pourrais connaître l'amour charnel. Jamais je ne pourrais baiser. Et pourtant j'ai la chatte en feu. Je voudrais être bien baisée, et trouver l'appui. Par celui qui le mérite.
Mais mon chemin sera long et je suis pathétique. Je ne mérite qu'un amour dédié aux autres, à présent.


Chaudes larmes:

Et Ils me persécuteront, toute ma pauvre vie, sur ce fleuve.
Si ce n'est pas à toi qu'il faut le raconter, alors ils l'écouteront, et ils se moqueront. Et quand le Jugement Dernier arrivera... Je me battrais avec les miens, pour les battre, mais je resterai ici. Avec tous les traîtres de Christ. Et vous, vous monterez. Ajeya, Shankar et toi. Il n'y aura qu'une pauvre fille, parmi les démons, ici sur cette terre.
En Enfer.
Et finalement ça me va.


On dirait pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amiya Amilhthini

avatar

Messages : 1989
Date d'inscription : 27/01/2016

MessageSujet: Re: L143: "Demain"   Jeu 23 Fév - 18:36

Elle la regarde un long moment sans rien dire, se demandant qui peut penser ça des dieux. Plus elle rencontre de chrétiens, moins elle comprends leur religion et leur façon de penser. Et finalement, alors que la rive approche de plus en plus, elle répond d'une voix douce.

"Je ne sais pas ce qu'on t'a enseigné, mais je crois que tu devrais l'oublier et reprendre à zéro. Sincèrement, Kristal, tu te fais du mal pour rien, ce n'est pas à toi de te punir. Et aucune chance que mon mari et moi montions quelque part, nos âmes n'ont pas fini de se réincarner. La Moksha est encore loin pour nous. Pour toi aussi, c'est vrai, tu vas rester un moment sur cette terre. Alors apprivoise la, apprivoise ton âme, car il n'y a qu'ainsi que tu deviendras assez sage pour vivre ta dernière vie."

Elle lui sourit.

"L'ascèse, ou la privation, est un bon moyen de te purifier, mais je ne vois pas pourquoi il devrait durer éternellement. Si tu rencontres l'appui qu'il te faut, brise le et profites-en. Les Dieux le font bien, je ne vois pas pourquoi tu n'y aurais pas le droit. Shankar et moi, on ne se prive pas et jamais la foudre de Rudra ne nous a frappé."


"Maintenant, tais toi. Nous arrivons bientôt et tu vas avoir besoin de ta salive et de toute l'eau de ton corps."

A nouveau silencieuse, elle continue de ramer jusqu'à atteindre la terre. Si l'ado veut l'ouvrir, elle lui balancera un "chut" autoritaire sans la ménager. Jusqu'à ce qu'elles accostent sur les terres silencieuses du nord, où seul le vent chante entre les dunes.

Tirant la barque su la terre, l'indienne fait descendre Kristal, la mène à une dizaine de mètres de la pirogue, là où le sable est doux et le sol plat.


"Assis-toi et écoute."


Alors, elle s'installe, dépliant une tenture au sol, déballant ses affaires, allumant ses bougies. Et ce faisant, elle raconte:


"Le yantra est un support de méditation géométrique dont le noyau est le lieu de manifestation du divin, appelé Bindu. Celui-ci, c'est le Kali yantra. Le triangle inversé est le symbole de la puissance féminine, la matrice de la vie, la Shakti sous sa forme Kali. Le cercle, lui, représente les énergies cycliques, ondulatoires, les rythmes cosmiques d'expansion et de concentration, de la particule élémentaire ou mouvement des galaxies."

"Le carré est la base fondamentale du monde manifesté, le notre. C'est le palais du couple divin."




Quand elle a terminé, elle vient s'agenouiller en face de Kristal.

"Ce que nous allons faire s'appelle du Tantrisme. C'est une forme de prière où l'on simule des scènes avec les dieux. Toutes les deux, nous allons donc entrer en transe. Je serais Kali et tu seras toi-même, ou le démon que tu caches et que tu veux voir vaincu."

"Est-ce que tu as des questions?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kristal

avatar

Messages : 399
Date d'inscription : 27/12/2016

MessageSujet: Re: L143: "Demain"   Ven 24 Fév - 8:01

Oui...

Elle reste un peu interdite, se demandant si c'est vraiment une excellente idée... Mais au fond elle donne raison à Amiya. Elle doit tout reprendre de zéro, se purger l'esprit, et mettre de l'eau non pas dans son vin mais sur l'incendie qui lui ravage la tête. Si plus rien n'a de sens alors elle devra en trouver ailleurs, en embrassant des formes inconnues de spiritualité. Ou alors elle deviendra complètement folle et basculera dans la haine puissance mille.

Ce n'est pas dangereux ? Et si je restais...je ne sais pas, bloquée ?
Comment peut-on entrer en transe ? Faut-il prendre de la drogue ? ...ça me fait un peu peur. J'ai peur de péter un plomb et de te faire du mal.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amiya Amilhthini

avatar

Messages : 1989
Date d'inscription : 27/01/2016

MessageSujet: Re: L143: "Demain"   Ven 24 Fév - 19:57

Elle oscille de la tête et sort une petite flasque de son sac.

"Nous allons partager ça. Il y a de l'alcool, un peu de psylocybes et du cannabis pour nous calmer là dedans. Ce ne sont pas des drogues dangereuses, elles ne rendent pas accro si on n'en prend pas régulièrement et tu ne peux pas rester perchée avec. L'effet s'estompera même assez vite, vu les quantités. A l'aube, nous ne sentirons ni ne verrons plus rien."

"Si tu pètes un plomb et que tu essaies de me faire du mal, sache que je suis bien plus entrainée que toi, autant pour me battre que pour ce genre de rite. C'est toi qui risque le plus ici si quelque chose dérape. C'est pour cela que nous n'avons aucune arme."


Elle lui sourit.


"Et puis, je ne vois pas pourquoi tu défierais Kali, si tu veux mon avis, ça serait absurde. N'oublie pas que c'est une prière, pas un champs de bataille. Le but est de sortir de toi ce que tu as besoin de sortir et d'écouter le conseil du divin. Pas d'essayer de tuer quelqu'un."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kristal

avatar

Messages : 399
Date d'inscription : 27/12/2016

MessageSujet: Re: L143: "Demain"   Ven 24 Fév - 23:42

Si elle le dit. Elle s'interroge tout de même encore une longue minute mais en silence, en se massant les tempes.

Bon...d'accord. Faisons ça. Je veux bien te suivre là-dedans.

Un rituel infidèle de plus ou de moins, de toute façon...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amiya Amilhthini

avatar

Messages : 1989
Date d'inscription : 27/01/2016

MessageSujet: Re: L143: "Demain"   Sam 25 Fév - 17:20

Confiante et détendue, Amiya débouche sa flasque et en boit le tiers. Pas plus, pour garder un minimum de contrôle, pas moins ou elle risque de se foirer sur la transe. Elle grimace, c'est fort, c'est pas très bon. ça a un peu la consistance d'un velouté de champignons où la crème serait remplacée par du whisky. Et elle tend la flasque, avant de sortir les pots de maquillage qui ont déjà servis lors de la cérémonie pour Ganesh.

Un cercle jaune et au centre, un point rouge sur le front. Une ligne qui part de sa bouche et qui rejoint son menton. La voilà prête. Il n'y a plus qu'à attendre que ça monte un peu et elle se met en siddha asana. A nouveau, elle grimace. Cinq mois sans méditation et elle douille comme une débutante, avec ses muscles qui protestent tous en coeur.


"Tu peux te mettre dans la position que tu veux. De toute façon tu vas surement bouger."


Et surtout, elle a déjà du mal à tenir en place, s'il faut l'installer en plus...honnêtement, elle a la flemme. Reste à observer Kristal pour savoir quand commencer...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kristal

avatar

Messages : 399
Date d'inscription : 27/12/2016

MessageSujet: Re: L143: "Demain"   Sam 25 Fév - 21:06

Après un soupir résigné, elle boit une partie du contenu du fameux breuvage, en forçant chaque goulée. Un frisson de dégoût plus tard, elle enveloppe son nez au creux des doigts d'une main avant de pouvoir faire quoi que ce soit d'autre.

Oh c'est affreux ce truc...

Maintenant que c'est fait, inutile de revenir sur sa décision et aller se faire vomir un peu plus loin pour éjecter le poison du diable, ça ne créerait que plus de problèmes. Elle secoue un peu la tête puis enlève ses chaussures, et se place en tailleur. Mais quand même, à part lui retourner l'estomac et la rendre encore plus mal qu'elle ne l'est, elle ne voit pas très bien l'idée. Elle a très froid, une légère remontée gastrique suivie d'un hoquet contenu lui fait encore prendre la tête dans ses mains deux secondes.
Quand elle redresse le visage, Kristal patiente pour la suite en regardant avec des yeux de veau Amiya, avant de sentir presque aussitôt un espèce de fourmillement circuler dans son organisme, pulsé par son coeur qui bat un peu plus vite. Les tout premiers effets de l'alcool aidant elle commence à reprendre des couleurs et se sent plus apaisée, mais au niveau de ses bras le fourmillement est assez désagréable, elle ressent vraiment beaucoup plus la zone qu'elle s'est ravagée, comme si la douleur..."enflait", elle ne trouve pas d'autre mot.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amiya Amilhthini

avatar

Messages : 1989
Date d'inscription : 27/01/2016

MessageSujet: Re: L143: "Demain"   Dim 26 Fév - 14:20

Tranquille, Amiya ferme les yeux et respire profondément, comme si elle s'apprêtait à faire du yoga. Les picotements, plus diffus, ne lui déplaisent pas. Elle a l'habitude et son corps réagit bien à la drogue, en fait, elle est heureuse de pouvoir en reprendre. D'ailleurs, elle ouvre tous ses chakras un par un, à commencer par le muladhara.

"OMMMMMMMMMMMMMMM"


Elle vibre littéralement, lâchant prise pour n'être plus qu'un son. Son esprit, lui, quitte son corps pour laisser de la place à celui de Kali. Et après une bonne demie heure, elle ouvre les yeux.

"HRIM"

"SHRIM"

"KRIM"

"Je suis est nue et noire.
Mes cheveux sont dénoués.
Je porte une ceinture de bras humains
Un collier de têtes coupées
Et des serpents pour bracelets."


"Mes canines sont tranchantes,
Ma langue pend et dégouline de sang.
Le Sang des victimes sur les champs de bataille
Le sang des morts
Je siège sur des cadavres, entourés de hordes
De chacal et de goules."

"Je brandis un sabre dans une main,
Je tient une tête par ses cheveux dans l'autre.
Je suis la mort, la destruction, la terreur,
La négativité à l'oeuvre dans l'univers,
L'interdit."


Elle se démêle les jambes et se lève pour toiser l'horizon.

"Je suis Kali, Mère pleine de béatitude!
Celle qui enchante le tout puissant Shiva!
Je danse en claquant des mains,
Je suis la Mère des êtres animés."


Et pointant l'index vers Kristal:

"Vous n'êtes tous que mes jouets."

Bras tendus sur les côtés et paumes vers le ciel:

"HRIM"

"SHRIM"

"KRIM"


Elle s'accroupit devant Kristal.

"Qui es-tu et que veux-tu à la Primordiale?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kristal

avatar

Messages : 399
Date d'inscription : 27/12/2016

MessageSujet: Re: L143: "Demain"   Lun 27 Fév - 20:00

Ses pensées se font plus molles d'un coup d'un seul. Son regard plus vague qu'il ne l'est déjà, et ses membres plus lâches encore. Elle ne ressent plus les picotements, ou alors ça la chatouille un peu de plaisir. A vrai dire, c'est loin de la rendre très fascinée, ce théâtre, une fois qu'il s'est mis en route pour de bon. Ce serait plutôt l'inverse, elle voudrait se payer la tête d'Amiya au début, et se rouler par terre de rire. Alors quand la déesse fait son show, elle affiche une mine drôlement idiote. Béate, genre qu'est-ce qui se passe au juste. ...ça a eu au moins le mérite de la décrisper, comme si tout ce qui avait été déroulé avant n'avait jamais eu lieu. Si vous avez déjà vu la tronche d'Anna Faris dans Smiley Face, on s'en rapproche. Ô joie que de de vouloir ouvrir les portes de la perception à quelqu'un qui n'a jamais consommé ou si peu, et qui est déjà confus.

Mais sur cet état de fait, les mots de Kali lui cognent le crâne au bout d'un moment, la gestuelle et les sons provenant d'Amiya l'agressent, et les réponses en elle qui disent "ouiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii" à cette découverte des drogues et ce plaisir diffus en son corps, tout en ayant une autre plus sèche et sombre qui plane quelque part par là, celle qui dit "Non." d'un ton péremptoire, commencent à devenir de plus en plus amantes, se mêler, la frontière n'est plus qu'un amas de noeuds, au lieu d'être un fil continu.
Alors les très clairs claques et exercices et ordres et leçons du père se mêlent aux comptines et à la tendresse presque évaporées de la mère, les photographies des beaux jours avec plusieurs frères se mêlent aux images terrifiantes de l'Abri avec un seul.


Kristal se prend à nouveau la tête, et au bout de quelques secondes ânonne, mélant la haine sûre et l'hésitation:

Dé...dégage putain. Qui...mais qui bordel voudrait te croire à part une bande de moutons débiles ? Les déesses c'est comme cette foutue Bible, c'est pour les gosses. Et les gosses ça crèvent tout le temps, ça va...ça va dans le Rien, pas comme dans les histoires à la con. De toute façon t'es qu'un truc dans la tête d'Amiya qu'est qu'un truc inventé par d'autres aussi, comme tout ce qu'on bouffe tous les jours, on est rien...rien que de la merde qui éponge la merde ancienne pour mieux écraser à notre tour.

Tout s'annule, l'ordre, l'amour, c'est le nihilisme qui domine. Ambiance ambiance. Pas certain qu'Amiya s'en sorte avec de la poudre de perlimpinpin, devant un cerveau qui n'implore pas mais repousse. Kristal a beaucoup lu, au delà de son admiration primaire pour Dieu et la religion qu'on lui a inculqué dès son plus jeune âge et dont elle se voulait la prétendue servante. Elle a aussi beaucoup écouté de musique profane.
Alors une nouvelle révélation, en plus de ses traumatismes...

J'en ai marre, j'en ai marre, c'est tout, je voudrais être une simple machine qu'on débranche, je veux crever toute seule dans le froid, qu'elle déclame enfin en hurlant non plus comme un veau mais comme une vieille vache folle, avant de se lever subitement et d'avancer vers la pampa inconnue, d'un pas décidé mais qui va clairement de traviole. Sans godasse et sous drogue.

Echec total...?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amiya Amilhthini

avatar

Messages : 1989
Date d'inscription : 27/01/2016

MessageSujet: Re: L143: "Demain"   Mar 28 Fév - 21:32

Amiya la suit, le pas léger, savourant la sensation du vent dans ses cheveux. C'est grisant tout ce froid quand on a si chaud à l'intérieur. A bien la regarder, elle se fiche que Kristal soit sceptique. Elle, elle y croit. Et la Foi peu rendre réelles tellement de choses...

"Tu es une adepte de Kaula qui s'ignore. Tu cherches la mort, sais-tu pourquoi? Parce que je suis au bout. Tes cicatrices le montrent. Le temps et tes passions te rongent, comme ils rongent chacun de mes enfants. Comme eux tous, tu espères que je tranche tes liens avec hier. Mais rien n'est gratuit et aujourd'hui, tu as le choix, petite fille qui en a marre."

Elle sautille et danse à moitié, tourne sur elle-même, s'arrête.

"Sois tu t'accroches à cette vie et tu scelles les liens avec le mal qui est en toi, pour rejoindre le monde des bons et des vivants. Pour atteindre la Moksha dans milles vies."

"Soit tu continues ta route pour venir crever à mes pieds. Et plus personne ne t'en empêcheras, tu sais? Parce que c'est ton choix, à toi rien qu'à toi. Comme tu as choisi de tuer ton propre frère. Personne ne te retiendra plus."


Et elle avance plus vite, lui coupant la route, pour lui balancer sur un ton joyeux:


"Quand tu seras morte, j'arracherais ta tête pour en faire un kapala. Je te marierais à Ténébro et tu seras sa Shakti. Ton crâne est la clé de son activation, je le sais, je le sens. Et tes orbites vides guiderons d'autres hommes à mes pieds. Ton corps brûleras mal et des corbeaux le termineront dans l'indifférence."

"Ton âme se réincarnera en blatte pendant cents vies pour se purifier, puis tu seras vermine, volaille, mammifère pendant des cycles et des cycles. Jusqu'à ce que tu sois mûre et que tu coupes tes liens avec le temps, car seuls les bons peuvent devenir humains. Même s'ils continuent de payer leurs actes antérieurs."

ça la fait même rire...un rire moqueur.

"Tu pourrais épargner à ton âme tellement de souffrances, mais tu es comme les autres, trop enchainée au passé pour voir ton présent et construire ton avenir. Pour profiter des cadeaux que les autres dieux ont mis sur ta route. Kali aime le sang et les cadavres, le sais-tu? Tu es un jouet intéressant, mais trop éphémère pour que je me rappelle de toi demain."


Et redevenant sérieuse. Terriblement sérieuse, peut-être même en colère.

"Tu as le choix pour cette dernière vie humaine. Que choisis-tu, petite fille? L'abréger ou alléger tes peines?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kristal

avatar

Messages : 399
Date d'inscription : 27/12/2016

MessageSujet: Re: L143: "Demain"   Mar 7 Mar - 16:00

Braquée dans son avance, elle se fige. Le paysage n'est soudain pas très clair derrière. Elle voit se former quelque grosses bulles noires, qui sautent dans la pampa, façon Dragon Quest. Au fur et à mesure des mots prophétiques, elle se couvre le visage.

Non...non...

Non...non...

Elle est toute fébrile, tout en se tenant la gueule.

J'ai juste...peur...j'ai peur...

Par tout...partout...par tout...

Elle chute au sol, sur le cul. Elle jette des yeux hagards vers les alentours. Sa respiration est très rapide, elle semble complètement paniquée.

On est où ?....
Où sont les chiens ?
Il faut les rentrer...si on en perd un...

Leçon utile: ne pas lui faire prendre de psychotropes, ou du moins pas si mélangés. Elle ressemble juste, à présent, à une biche découverte en plein phares.

Et alors elle crie:


Doog ! Doog ?! Viens me voir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amiya Amilhthini

avatar

Messages : 1989
Date d'inscription : 27/01/2016

MessageSujet: Re: L143: "Demain"   Mar 7 Mar - 21:31

Elle s'accroupit devant elle, mains sur les genoux, l'observe un peu, tentant de se concentrer. Heureusement qu'elle en a pris moins que d'habitude, ça tourne pas mal là-dedans.

"Les chiens sont tous morts. Même Ganga a fini par périr, dans les flammes. Tu ne risques plus d'en perdre, mais ce n'est pas grave. Nous n'avons rien pu faire pour les sauver, tous, et personne ne nous en veux pour ça."

"Qui est Doog? Je vais aller le chercher."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kristal

avatar

Messages : 399
Date d'inscription : 27/12/2016

MessageSujet: Re: L143: "Demain"   Mer 8 Mar - 22:56

Doog est mort alors. C'était mon préféré. Tout le monde est mort.

Une de ses mains gratte un peu la terre, pour la malaxer.

Pourquoi je ne suis pas morte moi ? Pourquoi tout le monde est mort mais pas moi ? Est ce que ça veut dire quelque chose ou c'est rien ?

Elle a un rapide sanglot étranglé, mais semble bien plus calme.

J'aurais préféré être morte aussi, c'est injuste j'ai l'impression. Je dois prendre tous les morts derrière moi, toute ma famille, tous les voisins, tous les chiens et les chevaux, eux ils sont apaisés, et moi je dois souffrir ici. Est ce que ça a un sens ça. ...ça ressemble à une punition alors que je n'avais jamais rien fait de mal avant...et puis j'ai fait du mal à cause de ça... Si ça a un sens je n'en trouve aucun. Tout est...bordélique. Alors je dois ranger mais j'ai l'impression qu'il y a toujours, toujours, un peu plus de bordel, quoi que je fasse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amiya Amilhthini

avatar

Messages : 1989
Date d'inscription : 27/01/2016

MessageSujet: Re: L143: "Demain"   Jeu 9 Mar - 18:20

"Mourir, c'est la solution que l'on croit facile, mais qui sait ce qui se passera après. Si ça se trouve, c'est pire qu'être ici, même seul, même sans nos proches. Le sens de ta vie, ton dharma, ton destin, appelle ça comme tu veux, c'est une chose que tu comprendras quand tu seras vieille et sage. Toute ta vie, tu chercheras à intégrer ce monde et à poser ta pierre. Tout changera perpétuellement, car tout est cyclique, trouver une chose signifie toujours en chercher une nouvelle."

"Rien ne sert de ranger, il faut comprendre le monde."


Elle pose son index droit au milieu de son front.


"Ouvre ton troisième oeil et appréhende les choses, au delà de leurs apparences et des premiers abords. Tu te penses punies, mais tu es récompensée. Toi, tu as la chance d'être une survivante humaine. Tu as un pouvoir sur ce monde, comprends le, détruit le, invente le, modèle le."

Elle repose sa main sur son genoux.


"Seuls les vivants peuvent choisir, c'est le plus beau des cadeaux. C'est une femme qui n'a jamais eu le choix dans l'ancien monde qui te parle. Tu as de la chance d'être encore ici, dans un corps jeune et sain, qui t'offre toutes les opportunités et toutes les possibilités de demain. Tu as la chance d'avoir le choix. Alors profites-en pour purifier ton âme tant que tu le peux."

Et ça, ça marche quelque soit ta religion...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kristal

avatar

Messages : 399
Date d'inscription : 27/12/2016

MessageSujet: Re: L143: "Demain"   Lun 13 Mar - 13:30

Sans raison aucune, remontée de champaf' oblige, elle s'allonge de nouveau vers la fin des paroles, frottant les morceaux de sol dans sa paume contre son front. Puis fixant un nuage qui glisse lentement et les bras écartés en X elle déclame sans heurts:

"Toutes les fleurs veulent se changer en fruits,
Toute matinée veut devenir soirée,
Sur terre rien n’est éternité,
Si ce n’est le mouvement, le temps qui fuit.

Même le plus bel été veut voir une fois
La nature qui se fane, l’automne qui vient.
Reste tranquille, feuille, garde ton sang-froid
Lorsque le vent veut t’enlever au loin.

Poursuis tes jeux et ne te défends pas,
Laisse les choses advenir sans heurts,
Laisse enfin le vent qui te détacha
Te conduire jusqu’à ta demeure.
"

Elle ferme les paupières, son visage roule sur un côté, elle sourit comme une enfant.

Ah, j'aurais tant voulu avoir le coeur poète comme celui là mais après des essais j'ai su que ce n'était pas moi.
J'aime simplement grimper, moi, sans rien dire et sans rien penser, aux arbres et contre la roche, dès ma première escalade à sept ans je savais que j'avais le don du singe et de l'araignée, il n'y a qu'en haut que je me plaise, là où il n'y a que vent et ciel, parfois des écureuils et des oiseaux, et tout écrasé au delà, sur des infinités d'horizons dénuées d'hommes, on peut planer au dessus si l'on se concentre bien, rien n'est totalement impossible. J'aurais même aimé voir New-York entre deux buildings sur un fil et n'entendre la fureur de la ville que comme un gazouillis, une rumeur lointaine...ou au sommet d'une grue à deux pas du vide, sans attache, comprendre que l'équilibre de mon être est à la fois tout et insignifiant.
Me permettras tu d'escalader à nouveau en comprenant que ce n'est pas une volonté de mourir, mais au contraire celle de vivre avec fureur ? Il ne faut pas avoir peur.
J'ai peur dans le confinement. J'ai même un peu peur quand l'entrée de ma tente est complètement fermée, qu'il n'y a pas un mince filet d'ouverture. Même ouverte à toutes fenêtres et tout vents, j'ai eu si peur dans la cabane, car des murs il y en avait partout, les mêmes, chaque jour. Je n'ai pas osé dire que je ne voulais pas coucher là chaque nuit pour ne pas les fâcher, et ne pas les inquiéter. Et tout le contraire s'est produit, y compris dans ma tête, juste l'espace d'une seconde, j'ai vu le vrai vide les pieds au plancher
Il ne faut jamais mentir. Jamais.
Là je ne suis pas sur terre mais avec le nuage. Ce qu'il y a sur mon visage n'est pas de la terre mais des nuées invisibles de gaz atmosphériques.
Regarde...regarde, je sais léviter.


Plus plat et aligné et immobile que son être, pourtant... Ah, c'est cool la drogue, par moment.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L143: "Demain"   

Revenir en haut Aller en bas
 
L143: "Demain"
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Visite d'un parc d'attraction demain
» Demain soir... je fais une raclette
» Projection du documentaire 'Demain, j'irai mieux'
» Walibi demain ?
» Couche Demain Propre - TE1 à poche

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
om shanti om :: Partie RP :: RP entre nous. :: La Cabane sur Pilotis-
Sauter vers: